Notre arrivée en Gaule

Autant la sortie de Suisse fut rapide et efficace, autant les débuts en France furent un peut plus corsé
Après avoir accepté quelques mauvaises direction, nous nous sommes retrouvé près de Lyon à la sortie d'un péage où la difficulté de faire de l'auto-stop ne se limitait pas seulement à la largeur de la route et la pluie mais aussi au fait que la police procédait ce jour là à des contrôles routier juste à côté d'où l'ont essayaient d'arrêter les voitures. Du coup les conducteurs avaient plutôt tendance à éviter les tenues bleu…

Fort heureusement, Renaud (un jeune Lyonnais) nous sorti de ce pétrin en nous emmenant à Lyon mais finalement ce fut pour nous remettre dans une nouvelle galère puisque la sortie de cette ville fut tout autant périlleuse.

La gentillesse de Marie-Agnès nous permis de sortir de la ville et de retrouver la bonne autoroute direction Marseille. Nous n'avons pas eu l'occasion de blaguer très longtemps avec elle dû au trajet assez court mais son ouverture d'esprit et sa sympathie resterons dans nos têtes.

Premier réveil

La premier nuit se passera sur une air d'autoroute à environ 130km au nord de Marseille. Le lendemain nous ferons le reste des kilomètres nous séparant de Marseille d'un seul trait grâce à une famille cambodgienne s'y rendant. Par peur pour sa famille, la doyenne imposera la condition d'être mis chacun dans un véhicule différent en nous assurant que nous nous retrouverons à l'arrivée.

Condition que nous avons finalement accepté avec tout de même quelques frayeurs, comme cet arrêt soudain de la conductrice de Marco sur la bande d'arrêt d'urgence en attendant que la deuxième voiture (retardé par le ticket péage illisible) la rejoigne avant un réengagement hasardeux dans le trafic.

Port de Marseille

Nous avons tenté de trouver un bateau privé pour la Corse mais apparemment personne ne fait cette traversée durant l'hivers, ont ne baisse pas pour autant les bras et continuons direction l'Italie pour poursuivre les recherches.
Chien (nommé “Le Chien”) appartenant à l'un de nos conducteur.
Notre dernier conducteur de la journée nous ayant laissé dans un village nommé la Ciotat, nous passerons cette deuxième nuit dans une magnifique petite calanque à l'écart des habitations.

 

Lever de soleil majestueux sur cette fameuse calanque.
Attente de plus de 2 heures à la sortie de la Ciotat avant de décider d'aller à pied jusqu'au péage ou nous attendrons 1 heure de plus pour finalement trouver une voiture qui nous amènera dans une station service à la sortie de Toulon où l'on aura la joie d'attendre 3 nouvelles heures.

Après nous avoir enfin fait quitter cette station, un professeur d'université nous offrit des sandwichs, une boisson et un dessert. Qui sait?! Le karma voulant nous remercier d'avoir été patient?

Première experience de truck-stop avec Adrian, un chauffeur d'origine Roumaine qui a gentillement accepté de nous pousser jusqu'à Savona (IT). Une belle avance de plus de 100km avec en prime un sachet de clemantine bien rempli qu'Adrian nous offrira généreusement.

 

Categories: France | 1 Comment

Post navigation

One thought on “Notre arrivée en Gaule

  1. marie agnes tabet

    Coucou, heureuse de vous suivre a distance et merci pour le voyage. Ou etes vous? N’oubliez pas que vous pouvez aller chez mon ami Louis Gueyraud Cave Fior di lecci a 15 km nord de Porto Vecchio ( Corse ) Entre Lecci et Sainte Lucie, je l’ai prevenu. Si une adresse sur Corte vous interresse aussi dites le moi…
    Bon vent! Et faites nous rever!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *